Espérer l’espoir
9 juillet 2013  //  By:   //  Théologie  //  No Comment   //   1202 Views

Aimez-vous rêver?  Avoir des aspirations, des désirs… eh bien vous espérer!  L’espoir, c’est voir l’invisible.  Tout comme la foi, l’espoir est un des poumons de la vie.  C’est l’ancre qui nous donne l’assise de notre foi.

Anticiper un monde meilleur, une vie sans tracas, la vie éternelle, la justice pour tous est louable, mais est-ce réaliste.  Tout dépend ou mon espérance est fondée!  Comme un bateau, lorsque l’ancre est solidement jetée dans un fond marin solide, le bateau ne pourra se laisser dériver au gré des vents et des marées.  L’espérance devient alors une force tranquille qui nous soutiens, nous assure, nous fondent.

L’objet de la foi Tout comme l’ancre est liée à la chaine; l’espérance doit obligatoirement être rattachée à un objet; celui de notre foi.  Si ma foi est en moi-même, mon espérance sera alors en mesure de mes propres capacités et possibilité de réaliser mes aspirations.  Alors je me trouve à un carrefour; ou je surévalue mes capacités et risque de tomber dans la désillusion lorsque mon espoir est déçu. Ou alors, mes aspirations sont diminuées à ma propre mesure, essayant d’ajuster ma réalité à mes attentes.

Cette attente; ce besoin que je voudrais combler, cette anticipation des désirs et des aspirations que j’ai face à l’objet de ma foi, c’est dans cette attente que se fonde l’Espérance.

À l’image de la chaise par exemple… Je suis fatigué et je désire m’assoir. Je vois, la chaise est espère qu’elle remplira la fonction que j’attends d’elle.  Ma foi, repose donc sur l’attente que cette chaise va remplir la promesse de soutenir mon corps.  Et je m’assois. Mon espoir est comblé, et ma foi alors est résolue.  Il y a une intimité et une interdépendance entre la foi et l’espoir.  Un ne va pas sans l’autre.  L’espérance confirme la foi.  Petite foi, petite espérance!

Et Dieu? Mon espérance, lorsqu’elle repose en Dieu se doit d’être fondée sur ce qu’IL a promis et non de ce que j’attends de Lui.  Dieu n’est pas une chaise, mais une personne.  Il n’est pas un Dieu tel que je le conçois, mais bien tel qu’IL EST.  Avec sa volonté propre et sa personnalité.

Toutes les déceptions face à Dieu le sont en raison d’une mauvaise conception de SES promesses.  Ou chacun prend ses propres désirs et les transcende en attentes face à Dieu.  On espère que Dieu sera en fait notre propre serviteur et comblera nos propres désirs.  Souvent basé sur SES capacités infinies.  On se dit : « Puisqu’il peut, il doit le faire tel que je le désire… »

Tout comme pour la foi, l’espérance fondée en Dieu repose sur la connaissance de celui-ci.  Nos attentes doivent être basée sur ce qu’IL a promis et nos ce que je désire.

Croire en Dieu est l’expérience de vie la plus excitante qu’une personne puisse vivre.  Elle procure la plus grande des espérances… Mais elle doit reposer en une juste connaissance de Dieu.

Mais alors qui est Dieu?  C’est ce que nous verrons dans un prochain article.

About the Author :

Pasteur Blogueur, c'est Michel Vincent, pasteur à Mascouche, près de Montréal, "Des questions et une réponse. Je suis convaincu que la vérité est une personne!"

Related News