Une foi pour toute
4 juillet 2013  //  By:   //  Théologie  //  No Comment   //   840 Views

Qu’est-ce que la foi?  Croire, a quoi bon?  Questions souvent sans réponses, car la foi est incomprise, voire inconnue.

« Et qu’est-ce que la foi ? C’est une ferme confiance dans la réalisation de ce qu’on espère, c’est une manière de le posséder déjà par avance. Croire, c’est être absolument certain de la réalité de ce qu’on ne voit pas. » Hébreux 11:1

La confiance La foi c’est tout simplement de faire confiance.  On peut avoir foi en notre auto, nous avons confiance qu’il nous mènera à bon port.  On ne voit personne ouvrir la porte du réfrigérateur toutes les dix minutes pour voir s’il fonctionne toujours… on a la foi qu’il fera ce que l’on attend de lui.  Tous les jours, nous faisons des actes qui demandent de la foi.  Ascenseur, feu de circulation, chaise, ordinateur, pneu, restaurant, épicerie… nous ne nous arrêtons pas pour savoir s’ils fonctionnent ou remplissent bien leurs tâches, nous avons la foi, c’est tout!

L’espérance La foi c’est une confiance en ce que l’on espère; il y a toujours une attente à la foi.  Une manière de savoir par avance que l’on obtiendra ce que l’on prévoit.

L’objet de notre foi varie donc énormément en fonction de ce que l’on attend.  J’ai foi que mon réfrigérateur gardera mes aliments ai frais; de même, mes attentes face à ma chaise est qu’elle me soutiendra.  À l’usage, j’en arrive à avoir tellement foi en ces objets du quotidien que je ne me pose même plus la question s’ils remplissent mon espérance.

La foi est une confiance en quelque chose, en quelqu’un, dans l’atteinte d’une attente.

Mais qu’en est-il de la foi en Dieu? Pour avoir la foi en quelque chose, on doit connaître son objet, ses capacités et ses promesses. Si je veux m’assoir, je connais qu’une chaise fera le travail (son objet); je sais que (ses capacités) pourront me soutenir et que sa promesse de me reposer est fondée…

En face de Dieu, le prérequis est la connaissance.  Une mauvaise connaissance de Dieu peut conduire à une foi défaillante et finalement en déceptions, et un abandon de la foi.  Si j’attribue à Dieu des promesses qu’il n’a pas prises, ou si je ne sais pas discerner mes attentes et ses conditions; le risque de désillusions est certain.

Par exemple : Si je pense que Dieu guérira à coups sûrs toutes les maladies qui me tourmentent; je m’appuie certes sur ses capacités divines pour lui extraire une promesse.  Cependant, nulle part Dieu ne promet de guérir toutes nos maladies, il promet pourtant d’être avec nous durant la souffrance et ce, nous le savons grâce à la Bible.  Une connaissance précise de Dieu est essentielle pour que ma foi soit solide.

La meilleure façon de connaître Dieu est au travers sa parole, La Bible.  On y expose tout le conseil de Dieu ainsi que sa personnalité, ses attributs et ses promesses.  C’est le meilleur départ pour la foi en Dieu.  Apprendre à le connaître au travers le livre qu’Il a inspiré.

Une décision Mais comme tout acte de foi, tôt ou tard, nous devons décider de croire.  La foi ne reste jamais théorique.  Je décide de m’assoir; une fois pour toutes… Je décide de croire en Dieu, lui faire confiance dans les recommandations en ce qui concerne ma vie.  Et à l’usage, à force de croire et de faire confiance, je n’y penserai même plus!  Croire en Dieu deviendra une façon d’être, sachant qu’il a le pouvoir d’accomplir tout ce qu’il a promis.

Reste maintenant les attentes… ou plutôt l’espérance.

About the Author :

Pasteur Blogueur, c'est Michel Vincent, pasteur à Mascouche, près de Montréal, "Des questions et une réponse. Je suis convaincu que la vérité est une personne!"

Related News