Quoi de neuf pasteur?
1 janvier 2014  //  By:   //  Église, Opinion, Pensée de la semaine  //  No Comment   //   891 Views

Que du vieux!  Dis-je par automatisme, oui par manque de temps.  Parfois par dépit ou encore par découragement.  Comment résumer notre vie ou seulement l’année qui vient de passer en quelques virgules?  J’aimerais vous partager ce qu’il y a de neuf dans le vieux et ce que l’année a apporté en préparation de celle qui vient : de nombreux défis à l’horizon.

« Et, sans parler d’autre chose, je suis assiégé chaque jour par les soucis que me donnent toutes les Églises. »
-2 Corinthiens 11:28

Le Roi c’est moi!

Un premier défi est celui de l’individualisme en pleine ascension, gonflant les égos jusqu’à un mépris presque généralisé de toute autorité.  Pas facile pour la tâche pastorale.  La conséquence est éloquente : « c’est ton opinion! », « Dieu n’a pas d’affaire dans ma vie privée », ou encore le direct « ce n’est pas de tes affaires »… pas toujours aussi hardie, mais toujours claire.  Puis la menace et l’exécution : Le transfert d’église, ou pire, la défection.  Plusieurs chrétiens désirent une assemblée, mais peu acceptent le berger qui vient avec.

Docteur Web.

Il y a ensuite la montée des moyens massifs de communication qui ont créé une classe de pseudo-docteurs.  S’improvisant comme des spécialistes de la Parole à partir de miettes théologiques recyclées, ils s’en font un pain très goûteux, mais sans réelle substance nutritive.  Sans méthode, sans herméneutique, sans pédagogie et sans théologie, ils débattent de questions bibliques en restant sourds à tout ce qui n’est pas de leurs avis.  La vérité devient relative.

Je négocie régulièrement, si ce n’est quotidiennement, avec des chrétiens troublés d’articles ramassés à la volée sur YouTube ou un site douteux, lorsque ce n’est pas carrément de faux docteurs qui, comme j’aime le dire, sont des « travailleurs autonomes ».    Le Seigneur les a appelés personnellement (et  unilatéralement), puis, sur cette conviction, ils ont démarré leurs propres églises.  Ces faux ouvriers viennent ajouter à la confusion grandissante, et perdent les esprits bien intentionnés.  Des années peuvent être nécessaires pour ramener un cœur égaré vers la saine doctrine.  Devant ces croyants qui arrivent à l’église presque effondrés, les pasteurs deviennent comme le contacteur Mike Holmes*, tentant de construire à partir de matériaux inadéquats, et sur des fondations toutes justes bonnes à être démolies.  Quel défi chirurgical!  Et chaque année, il s’approfondit.

Plusieurs chrétiens désirent une assemblée, mais peu acceptent le berger qui vient avec.

L’église pantoufle.

Probablement le plus grand défi que j’ai observé en 2013.  L’église migre vers l’internet et les réseaux sociaux, diluant la communion fraternelle.  Il y a déjà plusieurs assemblées web.  Chant karaoké, sermons diffusés, offrandes PayPal et le croyant en pyjama sous la couette!  Alors que la force de l’église est la proximité et les relations serrées, cette séduction est un défi grandissant dès aujourd’hui et dans les prochaines années.  Ajouté aux problèmes d’individualisme, de relation avec l’autorité et de quête du moi intégral, cette tendance fait la joie des cœurs brisés, des blessés et des écorchés qui ne veulent plus que l’apparence de l’église.

Nous perdons alors le sens profond de la communauté chrétienne, celui d’être un élément de transformation individuelle.  La proximité les uns avec les autres, non sans accroc il faut l’admettre, nous enseigne comment aimer véritablement. « Si vous aimez ceux qui vous aiment, quel gré vous en saura-t-on ? Les pécheurs aussi aiment ceux qui les aiment. » – Luc 6:32Luc 6:32
French: Louis Segond (1910) - SEG

32 Si vous aimez ceux qui vous aiment, quel gré vous en saura-t-on? Les pécheurs aussi aiment ceux qui les aiment.  

WP-Bible plugin
.
  Le résultat est inévitable : Le monde ne saura plus reconnaître qui est SON disciple.  Il perdra le seul repère qui pointe véritablement vers le ciel.

La classe des SS

Quand j’étais plus jeune, on parlait des SS comme des « Super-Spirituels ».  Il y avait une joie mêlée d’honneur à désirer la sanctification, l’église et Dieu lui-même.  Toute une génération de pasteurs québécois est issue de cette cuvée des années soixante-dix.  Un nouveau défi guette maintenant ceux qui ont faim et soif de justice : le mépris.  Plutôt que d’être considérés comme des héros de la foi nouveau genre, ils sont maintenant dérangeants, ils créent des malaises, ils confrontent. Ils sont à toutes les réunions de l’église, proactifs, dénoncent l’acédie et passent pour des activistes.

C’est une classe en perte de vitesse et dont le parcours buissonnier est de plus en plus visible.  La sainteté n’est plus à la mode, ce qui fait la force de l’évangile n’a plus la cote.  Il y a une recherche de piété, mais un refus de ce qui en fait la force.  Un christianisme d’apparence dont les symptômes sont une frontière de plus en plus diffuse avec le monde et des chrétiens de moins en moins dérangeants.

Est-ce que ça va bien Pasteur?

Absolument!  Christ a promis qu’il bâtirait son église, et je suis pleinement convaincu qu’il le fait.  Cette année, nous avons été témoins d’efforts sans précédent d’unité interdénominationnelle, d’appels à la prière généralisée et de chrétiens assoiffés recherchant la sainteté.  C’est encourageant mais pas suffisant, compte tenu d’une laïcité conquérante.  Espérons un grand réveil au Québec, car nous pouvons discerner que notre ennemi tente de démolir ce que Christ construit : Son Église.

Pour cette nouvelle année qui débute, prions que l’amour les uns pour les autres augmente.  Un amour plus profond, plus sincère, dirigé vers l’autre et sans trébucher dans les fleurs du tapis.  Que chacun connecte à fond dans une église fondée sur l’Évangile de la grâce et s’y donne à plein,  que l’on fasse confiance aux pasteurs que le St-Esprit y a établis et que l’on ait une reconnaissance de l’église pour ce qu’elle est :

« … la famille de Dieu, qui est l’Église du Dieu vivant, la colonne et l’appui de la vérité. »  -1 Timothée 3:15

Bonne année 2014!

 

*Mike Holmes est la vedette d’une émission télévisée de rénovation de maison.

About the Author :

Pasteur Blogueur, c'est Michel Vincent, pasteur à Mascouche, près de Montréal, "Des questions et une réponse. Je suis convaincu que la vérité est une personne!"

Related News