Un bon témoignage
23 janvier 2014  //  By:   //  Pensée de la semaine, Réflexions, Style de vie  //  No Comment   //   1056 Views

Les apparences sont souvent trompeuses.  Du moins dit-on.  Dès l’enfance, nous apprenons à cacher qui nous sommes vraiment et laissons apparaître au travers la fenêtre qui nous voulons être perçu.  Dès la chute, ce fut la cachette avec Dieu, puis entre Adam et Ève, et depuis, la comédie tragique se poursuit.  Le théâtre de la vie comprend maintenant près de 6 milliards d’acteurs. Avoir un bon témoignage sur cette scène, est-ce ajouter un masque à ceux qui y sont déjà superposés?

Face à Dieu : L’obéissance

Désirer plaire à Dieu n’est pas une hypocrisie en face du monde.  Ce n’est que l’expression de sentiments légitimes envers un Dieu que l’on aime.  Lorsque l’on aime, on ne cherche surtout pas à déplaire.  On ajuste ses goûts, ses choix, ses aspirations avec l’être aimé.

Nombreux sont les cyniques modernes qui ne peuvent concevoir qu’une personne puisse avoir de l’amour pour Dieu.  Pourtant, elle existe. Ils croient que pour ces amoureux de Dieu, l’obligation et la dévotion sont supérieures à l’affection.  L’obéissance devient un masque à l’oppression et la religion un nuage de fumée d’opium pour les faibles.  Pourtant, nombre de folies ont été faites au nom de l’amour.  Les poètes le chantent, les artistes le sculptent, le peignent, le photographient.  J’aime ma femme, et lui plaire n’est certainement pas de l’obéissance. C’est le fruit de ma volonté, le désir de mon cœur.

« Mais, puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite » —1 Pierre 1.15

Garder un bon témoignage face à Dieu n’est en fait que l’expression de l’amour que je lui porte. Mon comportement s’ajuste naturellement avec ses désirs, car je l’aime.  Rien d’hypocrite ou de sournois.  Je ne modifie pas mon comportement pour qu’il m’aime, mais bien parce qu’il m’aime.  Toute la nuance de l’amour.  Puisqu’il m’a aimé le premier et me l’a si grandement démontré sur la croix, je me suis laissé séduire et gagné par Lui.  Maintenant, mon désir est de le connaître et le faire connaître afin de le partager.

Face aux autres : L’amour

D’autres voient dans la quête d’un bon comportement social une preuve de l’hypocrisie humaine.  Une perte de liberté individuelle, un caillou dans la botte de l’émancipation.  La tombée du supposé masque de la complaisance devient un moyen de faire tout ce que l’on veut, peu importe les conséquences.  Mes droits, mes privilèges et mes envies deviennent la priorité.

« Ne nous jugeons donc plus les uns les autres mais pensez plutôt à ne rien faire, qui soit pour votre frère une pierre d’achoppement ou une occasion de chute. » — Romains 14.13

Dans une vie en société, la liberté individuelle se termine là où commence celle de l’autre.

Dans une vie en société, la liberté individuelle se termine là où commence celle de l’autre.  Sans le respect de cette règle, il y a inévitablement usure des relations, conflits et rupture, et, sur une grande échelle, on y retrouve guerres et violence.  La paix entre les hommes n’est rien d’autre que l’équilibre fragile entre le pouvoir de chacun, négociants dans le couloir du compromis.   Il y a alors toute l’apparence d’un perdant en celui qui garde le masque de la tolérance.   Une reddition volontaire dont la justification silencieuse est la peur des répercussions.  C’est cette perception de paix imposée qui donne le ton amer à ce que l’on appelle « Le bon témoignage ».    Sauf si…

Sauf si l’amour est la motivation qui me pousse à ne pas offenser l’autre.  Si mon désir de bonheur déborde de moi et m’oublie un instant.  Si je choisis de restreindre volontairement ma liberté, et décide de ne pas dire, faire ou même prétendre à ce qui pourrait blesser ou écorcher l’autre.  Avoir l’intention avouée de créer un environnement qui exprimera le bonheur de mon prochain. Et, sublime action : Oublier un instant mon amour propre, et trouver ma joie à rendre l’autre heureux… c’est l’amour.

Lorsque j’aime mon prochain, je deviens sensible.  Je ne cherche pas mon intérêt personnel, mais plutôt le sien.  Si je sais que telle parole, telle action ou telle attitude sera perçue ou vécue négativement,  et même si j’anticipe qu’elle le sera, je choisis de restreindre ma liberté, par amour.  Est-ce du théâtre, de l’hypocrisie? Réduire tous les amoureux à des acteurs de vaudeville est assez simpliste. Ce n’est ni tragique ni comique, c’est la vie avec la dimension de l’amour.  Le témoignage ne devient alors plus une restriction, mais une occasion.  Celle du bonheur, et l’occasion de la paix, de l’unité dans la communauté.

Face à moi : La conscience

J’entends la foule qui s’exclame : mais alors, c’est impossible!  On ne peut faire plaisir à tout le monde!  C’est l’équivalent de porter autant de masques qu’il y a de gens sur la planète!

C’est vrai que nous ne pouvons agir en fonction des qu’en-dira-t-on.  C’est ici que l’amour sincère venant d’une conscience pure me dictera la ligne à tracer.  Ne pas laisser la crainte des hommes me dicter mes actions ou mes paroles, mais seulement celle de Dieu qui s’exprimera dans un amour pour ceux qui m’entourent.

« C’est pourquoi je m’efforce d’avoir constamment une conscience sans reproche devant Dieu et devant les hommes. » — Actes 24.16

La vérité dans l’amour

Le bon témoignage, c’est des actions et des paroles qui ne terniront pas la gloire de Dieu, parce que je l’aime.  J’éviterai d’agir de telle sorte que le monde puisse croire que Dieu soit moins saint que saint. Et parce que j’aime Dieu, j’aimerai également ceux pour qui il est mort.    Je dirai et ferai en sorte de ne pas devenir une source de chute, de médisance ou de calomnie à l’égard de ma vocation.   « Car le royaume de Dieu, ce n’est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint-Esprit. » Romains 14.17

Es-tu un bon témoignage?

About the Author :

Pasteur Blogueur, c'est Michel Vincent, pasteur à Mascouche, près de Montréal, "Des questions et une réponse. Je suis convaincu que la vérité est une personne!"

Related News