Les 10 commandements de Facebook
6 février 2014  //  By:   //  Actualité, Style de vie  //  No Comment   //   4571 Views

Facebook fêtera son dixième anniversaire début février.  Digne d’une réelle communauté, elle englobe maintenant presque 500 millions d’usagers,  dont la moitié y flâneront au moins une heure aujourd’hui!   Une multitude de chrétiens y sont inscrits et, au cours des années, j’y ai remarqué plusieurs hauts faits glorifiant Dieu, comme des dérapages légendaires.  Comment se comporter sur un réseau social?

Voici donc les dix commandements afin de vivre un Facebook chrétien sans heurt ni douleur.

1- Un seul Dieu tu auras

L’homme a été créé pour adorer.  Si ce n’est pas Dieu, ce sera autre chose.  Certains se laissent prendre au jeu et s’emmêlent dans les dépendances.  La ligne qui définit la source de notre joie et de notre paix est très mince.  Si je recherche sur le réseau l’approbation, la reconnaissance et être aimé, c’est un indice que Dieu est sur la voie de service dans ma recherche du bonheur.  Certains attendent plus l’approbation des pairs et des like de Facebook que celles de Dieu.  Celui-ci se fait alors remplacer par les amis virtuels.  Que se passerait-il si je déconnectais de Facebook durant un jour, une semaine… un mois?

2-  Tu ne te feras point d’image taillée

L’idolâtrie peut souvent commencer par soi-même.  Désirer avoir raison à tout prix est une forme d’adoration désagréable qui brise les relations même virtuelles.  Facebook n’est pas une salle de débat où l’on se gonfle l’ego, mais un réseau social.  Tenter d’avoir raison à tout prix et envenimer certaines discussions est synonyme de se tailler soi-même dans la pierre pour dominer la discussion.  Lorsqu’un ami n’aime pas une remarque, une publication ou une photo, tournons-nous vers le privé et invitons le face à face.  Les batailles de coq n’ont pas leur place sur l’espace public, pas plus que les apitoiements, les recherches d’approbation où les survaloir de l’ego.

3-  Tu ne prendras point le nom de l’Éternel, ton Dieu, en vain

Le langage et les habitudes sont vus et entendus par tous sur Facebook.  Tout ce que l’on dit est l’équivalent de prendre un mégaphone et le crier dans un centre commercial.  De légendaires dérapages ont terni les témoignages de chrétiens sur le réseau.  Et si tout ce que j’écris, publie ou exprime était regardé le dimanche devant mes frères et sœurs… ou encore, devant mon patron, mes enfants… et c’est souvent ce qui arrive.  On oublie que Facebook est un réseau public, même si je suis seul derrière mon ordinateur.

4-  Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier

Une heure de Facebook par jour c’est trop! Faut avoir une vie en dehors de l’ordi!  Sortez, prenez une marche, lisez un bon livre.  Personnellement, si le temps que je passe sur Facebook dépasse celui que j’ai avec le Seigneur (prière et lecture), j’ai un symptôme. Et c’est vrai pour tout cyberflânage.  Et pourquoi ne pas prendre une journée de congé internet par semaine?

5- Honore ton père et ta mère

Attention à la famille!  600 amis c’est bien beau, mais combien sont de réelles connaissances?  Plusieurs personnes se font régulièrement harponner et pirater leurs comptes Facebook, restons donc sobres dans notre soif d’élargir notre patrimoine Facebook.  La prudence est de mise, et si je ne connais pas, je n’ajoute pas.   De même, vérifier vos critères de sécurité afin que ce qui doit être privé ne se retrouve pas sur la place publique.  Gardons la famille dans l’intimité.

6-  Tu ne tueras point

Avoir des copains c’est bien, mais de grâce, ayons la gentillesse et le respect de les aviser lorsque nous avons l’intention de les retirer de notre liste d’amis.  Si c’est en raison d’un conflit, il y a d’autres façons de régler le différend que de faire disparaître la personne en question. Dans pratiquement tous les cas, cette pratique envenime la situation, et lorsqu’il s’agit de frères ou de sœurs, elle ne glorifie certainement pas Dieu.  Et pourquoi ne pas passer de l’écran au café et rencontrer la personne face à face pour en discuter?

7-  Tu ne commettras point d’adultère

Aller flâner dans les photos de personnes connues ou non peut être une forme de convoitise.  D’ailleurs, le phénomène des divorces Facebook n’est plus une nouveauté.  Lorsque je convoite une personne dans un but fantasmatique, c’est déjà un adultère aux yeux de notre Seigneur.  La question que je dois alors me poser, honnêtement, c’est : pourquoi je regarde ces photos?  Franchement, qu’est-ce que j’y recherche? Y aurait-il un motif, une soif souterraine qui risque de m’amener sur le terrain glissant de l’adultère, même virtuelle?

8-  Tu ne déroberas point

Voler peut avoir bien des visages.  On peut voler du temps même sur Facebook.  Rappelez-vous que Facebook est un réseau social, pas un journal intime.  Se plaindre constamment, étaler ses états d’âme, faire subir son intimité sans l’approbation de nos lecteurs équivaut à voler de leurs temps.  La même norme que nos paroles s’applique ici : « Qu’il ne sorte de votre clavier aucune parole mauvaise, mais, s’il y a lieu, quelque bonne parole, qui serve à l’édification et communique une grâce à ceux qui le lis. »  — Éphésiens 4:29 

Ah! J’oubliais : SVP lorsque vous jouez à des jeux via Facebook, évitez de publier la multitude de vos progressions.  Ça peut devenir très irritant pour les autres qui n’ont rien demandé de la sorte.

9-  Tu ne porteras point de faux témoignage contre ton prochain

Ah! Les sources.  Ne devenons pas les auteurs de rumeurs et de canulars sur Internet.  Assurons-nous que ce que nous disons est la vérité.  Et si cela concerne une tierce personne, soyons certains que celle-ci approuve AVANT que ce soit publié.  Facebook n’est pas une machine à laver son linge sale.  Mêmes choses lorsque nous publions des photos.  Nous devrions aviser les personnes concernées avant la publication.  C’est une question de respect.  Tournons nos pouces sept fois avant de taper.

10-  Tu ne convoiteras point

Une récente étude révélait que Facebook était une source de dépression pour certains.  Devant les succès, les voyages, les belles maisons et les nombreux amis, nous sommes remis en question et tentés de comparer notre situation avec celles de nos amis.  Apprenons plutôt le contentement et pourquoi ne pas se réjouir pour les succès des autres.  Évitons d’embellir notre situation en réaction à notre convoitise.

Facebook est une mine d’information utile pour se garder connecté avec nos amis proches ou éloignés. Tout est dans le discernement, car comme toute société, Facebook est constitué d’humains, et les mêmes règles prévalent : Respect, douceur et courtoisie.  Pourquoi ne pas utiliser le réseau comme prétexte pour encourager les autres, donner de bonnes nouvelles, de bons mots.  Des mots qui édifient et communiquent une grâce à ceux qui les liront.

Bon Facebook!

About the Author :

Pasteur Blogueur, c'est Michel Vincent, pasteur à Mascouche, près de Montréal, "Des questions et une réponse. Je suis convaincu que la vérité est une personne!"

Related News