Souffrir pour être beau
27 février 2014  //  By:   //  Réflexions, Style de vie  //  No Comment   //   1034 Views

Dehors, c’est la jungle!  Les prédateurs sont nombreux, et nous, faibles proies vulnérables, sommes à la merci du moindre assaut.  Personne ne veut souffrir.  Une chanson populaire clamait : « Tout le monde veut aller au ciel, mais personne ne veut mourir! ».  Nous sommes instinctivement réfractaires à la souffrance, elle nous fait peur, nous angoisse.  La seule anticipation que l’on va souffrir nous fait souvent perdre nos moyens…. Et pourtant, elle fait bien partie de la vie!

Nous naissons dans les pleurs.  Notre sentier est jonché de chutes, de blessures et de meurtrissures du corps et de l’âme et nous mourrons souvent en expirant ce qui ressemble plus à un râle qu’à un dernier souffle de délivrance.  Même celui qui tente d’y échapper finit par angoisser de souffrance tellement ses tentatives de contrôle sont vaines.  Quitter la piste, c’est s’aventurer dans la brousse obscure.  Les pauvres souffrent de la faim, les riches de solitude, les marginaux et les despotes souffrent tous chacun leur tour.  La souffrance est universelle et personne n’y échappe.

Un plan parfait

Pourtant, le plan d’origine du créateur n’incluait aucune souffrance.  Même que, lorsque l’homme fut créé, plutôt que de qualifier ce moment de « bon »,  il l’éleva au rang du « très bon » (Gen 1:31Gen 1:31
French: Louis Segond (1910) - SEG

31 Dieu vit tout ce qu`il avait fait et voici, cela était très bon. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le sixième jour.  

WP-Bible plugin
).  Mais cette félicité était conditionnelle : celle de maintenir l’équilibre entre Dieu et nous.  Un équilibre relationnel fondé sur la confiance et l’amour, et nous avions la liberté d’y adhérer ou non.  Nous avons préféré l’autogestion du bonheur, nous avons semé la graine de la souffrance, et le jardin est devenu une jungle.

Nous avons décidé de nous improviser guides de la justice, défricher ce qui serait désormais le bien et le mal.  La rébellion de l’homme a bouleversé le monde!  Même la nature souffre d’une souffrance indescriptible (Ro 8:22Ro 8:22
French: Louis Segond (1910) - SEG

22 Or, nous savons que, jusqu`à ce jour, la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l`enfantement.  

WP-Bible plugin
). Depuis, chacun de nous percevons que quelque chose ne va pas.  Souffrir n’est pas normal, nous le savons, nous le ressentons… et nous le vivons intensément. Même la souffrance d’un coup de marteau sur le pouce nous surprend.  L’obscurité que nous avons provoquée nous empêche de voir la réalité : nous sommes les auteurs de notre propre souffrance.

Une fuite inutile

Dans ce monde hostile, nous fuyons sans arrêt.  La tête bien ensablée, nous tentons de contrôler notre environnement afin de faire disparaître cette souffrance.  Nous contrôlons nos relations, nos finances, notre alimentation… jusqu’à nous rendre malades.  Nous nous réfugions dans une douillette retraite, climatisée, chauffée, confortable avec écran géant pour nous lobotomiser de la réalité.  Elle est toujours là.  Elle nous guette, nous traque comme un prédateur prêt à bondir.  Nous savons bien, en notre for intérieur, que même si nous construisions une tour qui nous élèverait jusqu’au ciel, elle y serait déjà.  Elle fait partie de nous, elle nous colle à la peau.  Nous en sommes la source et la conséquence, notre esprit tordu arrive même à enfanter cette souffrance là où elle n’était pas.  Dieu ne nous a pas créés pour la souffrance, et pourtant nous souffrons.  C’est la rançon d’une vie sans Dieu.

Que ce soit par une toute petite bactérie qui t’envahit, par un gros gaillard qui t’assaille, par une parole tranchant ton amour propre ou simplement par la peur de souffrir, elle est tapie, et bondie sur nous au moment le moins opportun… Mais y a-t-il un moment opportun pour souffrir?  Toute fuite est inutile.  Comme cette chèvre attachée au pieu et qui sert d’appât au tigre, nous sommes attachés à la vie, et cette vie est composée essentiellement de souffrance.  Fuir la souffrance, c’est fuir la vie!

Fuir la souffrance, c’est fuir la vie!

La souffrance, mon amie?

Comment se sortir du sentier battu sans s’enfoncer dans l’obscurité de la jungle?

La première chose est de se réconcilier avec Dieu.  Cela n’enlèvera pas la souffrance, mais la rendra tolérable, digestible, même si elle n’est pas comestible.  Puis, à la lumière de sa Parole, cesser de fixer les regards sur la forêt et voir qu’il y a un ciel radieux, là-haut.  La conversion apporte à l’homme LE guide par excellence pour apprendre à vivre sur terre avec cette souffrance. (Jn 16:13Jn 16:13
French: Louis Segond (1910) - SEG

13 Quand le consolateur sera venu, l`Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu`il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir.  

WP-Bible plugin
).

Avec Jésus comme guide de brousse, la souffrance devient une occasion.  L’intensité reste toujours là, nécessaire, compte tenu de ma nature profonde.  Mais la perception et l’espérance que nous transmet le Seigneur transforment la souffrance en résilience.

Comme ma tendance est de faire randonnée seul, la souffrance devient une occasion de me rapprocher de Lui.  Combien la solitude devient lourde lorsque nous souffrons.  Savoir que nous avons un consolateur à nos côtés, en nous, qui nous guide, nous encourage et éclaire notre sentier est réconfortant et tellement rassurant.

 « Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. » – Matthieu 28.20

La souffrance agit comme un creuset qui permet de séparer les impuretés de l’or véritable.  Chauffée à la source d’elle-même, l’âme humaine se révèle et expose sa véritable nature. L’âme régénérée exulte dans la souffrance; comme un catalyseur qui excite la réaction désirée. C’est dans la souffrance que l’on sépare le blé de l’ivraie. (Luc 8:13Luc 8:13
French: Louis Segond (1910) - SEG

13 Ceux qui sont sur le roc, ce sont ceux qui, lorsqu`ils entendent la parole, la reçoivent avec joie; mais ils n`ont point de racine, ils croient pour un temps, et ils succombent au moment de la tentation.  

WP-Bible plugin
)

Souffrir avec toute la dignité dont Christ a ouvert le chemin ne peut que glorifier Dieu.  Dans ce monde où tout tend à éviter une telle souffrance, le courage et l’abnégation d’un chrétien souffrant trouvent une seule source : Dieu lui-même agissant à travers lui, donnant force et courage de passer à travers. (Es 53:10Es 53:10
French: Louis Segond (1910) - SEG

10 Il a plu à l`Éternel de le briser par la souffrance... Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, Il verra une postérité et prolongera ses jours; Et l`oeuvre de l`Éternel prospérera entre ses mains.  

WP-Bible plugin
).

Une vie dans un monde de souffrance peut paraître interminable, à moins d’avoir l’espoir de l’éternité.  Avec Jésus, à la fois comme modèle, comme guide et comme compagnon, notre parcours ici-bas n’en devient pas plus facile, mais le sens que Dieu nous en donne et les exemples si nombreux que nous avons nous stimulent à persévérer et à courir dans cette jungle difficile et obscure et à inviter le plus grand nombre à rejoindre le véritable guide, celui qui nous attend au-delà de la brousse dans la clairière de l’éternité.

« Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus ; il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. » – Apocalypse 21.4

About the Author :

Pasteur Blogueur, c'est Michel Vincent, pasteur à Mascouche, près de Montréal, "Des questions et une réponse. Je suis convaincu que la vérité est une personne!"

Related News