Le pasteur pasteurisé
9 mai 2014  //  By:   //  Église, Opinion, Réflexions  //  No Comment   //   1020 Views

Comment stériliser un pasteur et l’éteindre au ministère de l’Évangile? Simple, tout comme on fait pour pasteuriser le fromage, il s’agit simplement d’augmenter la chaleur et la pression puis laisser mijoter lentement… jusqu’à la pasteurisation totale. Au terme du procédé, soit le lait aura viré au sûr, soit le résultat deviendra un produit uniformisé, aseptisé, au goût sans surprise. Une saveur politisée qui plaît à tous, mais qui ne transforme rien. Le pasteur pasteurisé deviendra plus blanc que blanc. Plus Jésus que Jésus lui-même. Il s’uniformisera au goût de tous et prendra la couleur de chacun. Un pain blanc enrichi et bien gonflé qui ne prend la saveur que de ce que l’on y met.

Est-ce le pasteur que nous recherchons? La rectitude et la langue de bois bien taillée n’ont jamais été le propre des prophètes du passé, encore moins des pasteurs d’aujourd’hui.

Voici sept façons efficaces de pasteuriser un fromage pastoral.

Confondre le fromage et le lait

Une bonne façon de faire tourner un pasteur est de l’élever continuellement au rang de divin berger. Soit en ayant envers lui des attentes inatteignables dignes de Jésus seul, ou pire, l’aduler comme si ses pas laissaient la trace du Seigneur lui-même. D’un côté, chacun doit reconnaître que le pasteur n’est qu’une brebis parmi les brebis avec une fonction et des dons différents, un berger qui a besoin du Berger et de la direction de celui-ci comme toutes les brebis. Occulter un pasteur sous des espoirs irréalistes risque de provoquer son découragement. De l’autre côté, l’idolâtrer amène abruptement sur le terrain à pâte molle de l’orgueil, et on finit réellement par se croire investi de superpouvoirs!

Nous ne sommes rien de moins et rien de plus que des humains, des chrétiens, des disciples du Seigneur des compagnons d’œuvres qui sont doués et appelés par le St-Esprit à paître l’église de Christ.

Les bactéries sont essentielles

En tant que pasteurs, nous sommes des leaders qui avons souvent besoin de latitude, de réflexion et même d’essai-erreurs. Pour faire un bon fromage, les bactéries sont essentielles. Dieu a prévu nous former tous par la souffrance et les échecs. Empêcher un pasteur à l’erreur, c’est lui refuser la sanctification. Ici, je ne parle pas de péchés, mais bien d’erreurs humaines souvent relayées, malheureusement, au rang des mauvaises intentions.

La relation dans la prière, l’introspection et l’humilité sont essentielles pour fermenter un bon pasteur. De l’autre côté de l’emballage, l’église devient le terroir de prédilection qui donnera au berger une saveur locale de plus en plus recherchée. Empêcher le pasteur à la croissance, c’est décider que sa maturation est définitive… Plusieurs églises sont devenues avec les années des « cimetières » pastoraux en raison de l’intransigeance devant ceux qui y sont appelés.

Contester constamment sa nature

On oublie facilement que nos pasteurs sont réellement appelés par le St-Esprit (Act 20:28Act 20:28
French: Louis Segond (1910) - SEG

28 Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint Esprit vous a établis évêques, pour paître l`Église du Seigneur, qu`il s`est acquise par son propre sang.  

WP-Bible plugin
), et qu’ils auront même à rendre compte des âmes qui leurs sont échus en partage (Heb 13:17Heb 13:17
French: Louis Segond (1910) - SEG

17 Obéissez à vos conducteurs et ayez pour eux de la déférence, car ils veillent sur vos âmes comme devant en rendre compte; qu`il en soit ainsi, afin qu`ils le fassent avec joie, et non en gémissant, ce qui vous ne serait d`aucun avantage.  

WP-Bible plugin
) L’irrévérence risque de conduire le troupeau à la négligence et banaliser l’appel précieux. Au final, le pasteur s’éteint, cesse de contester et s’homogénéise avec les contestataires, ou plus simplement, il quitte le terroir pour une autre église. Plusieurs boucs bien intentionnés contestent sans arrêt l’autorité que Dieu a donnée aux pasteurs, et de nombreux cris, de nombreuses larmes et de nombreux épuisements sont dus aux controverses souvent gratuites de quelques personnes.

Prendre le cheddar pour du brie

Dans notre ère de communication instantanée, une belle façon d’arracher la saveur à votre pasteur est de constamment le comparer aux prédicateurs de l’heure : Driscoll, Piper, MacArthur… Tous d’excellents ouvriers, mais placés par la tête dans des troupeaux spécifiques : ailleurs. Celui que Dieu met dans mon troupeau est celui qu’il me faut! Constamment le déconstruire pour qu’il ressemble à tel ou tel autre plus vert de la chaire du voisin n’est qu’un effet pervers de la consommation qui atteint maintenant le niveau de l’église.

Le syndrome de l’imposteur et le sentiment de ne jamais être à la hauteur conduisent invariablement vers l’insécurité ou, pire, le similiclonage puis un goût déformé, inadapté au troupeau… laissons-les donc être ce que Dieu leur demande d’être, et si tu crois sincèrement que ton pasteur devrait être comme Mark Driscoll, rien ne t’empêche de partir pour Seattle!

Me nourrir que de fromage!

Une façon subtile de se pasteuriser, c’est de s’appuyer seulement sur le pasteur pour toute sa croissance. Le pasteur est un élément de la direction de Dieu pour ma vie, mais la principale, c’est le St-Esprit. Dieu utilise les pasteurs, mais toujours en fonction de ma réceptivité. L’élément central de transformation, c’est ma volonté. Malheureusement, des brebis assoiffées de fromage ne se contentent que d’une source de transformation et se tarissent rapidement. Rien ne peut remplacer ton culte personnel, ta méditation personnelle et ta relation personnelle avec les autres brebis. La pasteurisation inversée qui est alors exercée te rend toi-même caduque et empêche le Seigneur de faire un travail global et en profondeur sur ta vie. La pression qu’exercent ces sangsues spirituelles a vidé plus d’un pasteur par le passé.

Ne chercher que le petit lait

La médiocrité et les compromis nous affectent beaucoup plus que vous ne pouvez le croire. Nous sommes impliqués émotivement et spirituellement dans votre vie et avons vraiment à cœur votre santé et vos progrès. Lorsqu’un pasteur voit le manque d’engagement et de consécration dans le troupeau, il risque de sombrer dans le négativisme et le découragement. Avec l’usure et le temps, il se détache et perd sa fougue. Voir le verre de lait à moitié vide est le piège irréaliste des attentes fondé sur les ambitions et tous les pasteurs y sont à risque. Il n’y a rien de plus encourageant que de diriger une église engagée.

Ne pas prier pour lui et sa famille

Finalement, prier pour le pasteur que Dieu a mis sur ma route afin de paître le troupeau dont je fais partie, est un indice du rang qu’il a dans mes priorités.

Rien de tel qu’un pasteur au lait cru, frais sorti du terroir divin. Ayant une base de lait de brebis, il se mélange au troupeau. Sans perdre sa saveur, bien au contraire, il transmet une bonne odeur de Christ autour de lui.

« Aux uns, une odeur de mort, donnant la mort ; aux autres, une odeur de vie, donnant la vie. » —2 Corinthiens 2.16

About the Author :

Pasteur Blogueur, c'est Michel Vincent, pasteur à Mascouche, près de Montréal, "Des questions et une réponse. Je suis convaincu que la vérité est une personne!"

Related News