Les enfants de Müller
26 mars 2015  //  By:   //  Réflexions  //  No Comment   //   674 Views

« Élie était un homme de la même nature que nous : il pria avec instance pour qu’il ne pleuve point, et il ne tomba point de pluie sur la terre pendant trois ans et six mois. »- Jacques 5.17

En pleine époque victorienne, un homme a su effacer les effets de la révolution industrielle et les avancées technologiques en s’en remettant tout simplement à Dieu. À cette époque où la pauvreté extrême touchait la quasi-totalité de la population, le cœur compatissant de Georges Müller a démontré avec force que la prière était efficace. Voyons quelques étapes de la vie de ce géant de la foi.

Débuts difficiles

Né dans le royaume de Prusse en 1805, d’une famille incroyante, le petit Georges fut destiné très tôt par son père à devenir ministre du culte dans l’Église d’État. Ainsi, étant fonctionnaire son avenir sera assuré, pensait-il. À l’adolescence, étudiant la théologie, il vivait une vie désordonnée, s’adonnant au jeu, à l’alcool et au vol.  Jusqu’à la rencontre qui transforma sa vie. Invité par un ami, il fréquenta une réunion de prières ou la ferveur et l’intensité le touchèrent profondément. Le contact avec ce niveau de piété inconnu de lui jusqu’alors le bouleversa au point qu’ il mit sa vie en règle avec le Seigneur et se destina à être missionnaire afin de le servir.

Missionnaire en Angleterre

Âgé de 24 ans, il arrive à Londres et tombe gravement malade et près de mourir. Il fut remis sur pied par la grâce de Dieu, et cette « résurrection » eut l’effet profond d’une transformation autant de sa foi que de sa consécration. En convalescence dans le sud, à Teignmouth il entreprit un ministère pastoral, absolument convaincu que Dieu pourvoirait à tous ses besoins. Trois ans plus tard, en 1832, il déménagea au nord, à Bristol.

Un cœur pour les enfants

Il commença très tôt à s’impliquer auprès des enfants, tout d’abord en fondant l’Institution des Connaissances bibliques pour la Maison et pour l’étranger, désirant fournir aux enfants une éducation adéquate et biblique. En 1835, cinq écoles étaient fonctionnelles et autogérées uniquement par des dons. À Bristol, devant la pauvreté dont les enfants étaient victimes, il commença à accueillir des orphelins chez lui, afin de leur fournir un petit déjeuner et une heure et demie d’éducation chaque matin. Au début, cinq, puis trente… jusqu’à 130 enfants en cinq ans furent hébergés par les Müller.

Un principe de foi

Nourrir, héberger et habiller tous ces enfants avait un coût. Selon sa propre conviction, il se refusa de demander de l’aide extérieure. Il avait la profonde conviction que Dieu pourvoirait. Il se basa sur un premier principe de foi qu’il tint résolument toute sa vie : « Je demande à Dieu seul, et Lui pourvoira en m’accordant ce dont j’ai besoin ».  De 1835 à 1850, il prit en charge plus de 300 enfants, au point que la résidence de Bristol ne suffisait plus à contenir tout ce monde. Une deuxième maison fut construite. 20 ans plus tard, plus de 1 500 enfants étaient accueillis, répartis dans cinq maisons. Georges Müller n’a jamais demandé de soutien et ne s’est jamais endetté. Seule la prière fervente fut à l’ origine de cette œuvre grandiose.

Presque 20 000 orphelins furent pris en charge. L’éducation prodiguée à ces enfants fut de si bonne qualité que les usines et les mines environnantes avaient du mal à recruter des travailleurs !

L’adoption céleste

À 70 ans, âge où plusieurs songent à la retraite, Georges Müller amorça une tournée mondiale de prédications qui le conduisit en Amérique, en Europe et au Moyen-Orient. Des milliers d’âmes furent sauvées et adoptées par le Père céleste au travers la prédication de cet homme de Dieu.

Dans cette période aussi, son soutien fut assuré par les dons de personnes dont le St-Esprit avait touché le cœur en réponse aux prières. Il avait cette assurance que s’il demandait avec la certitude d’être dans la volonté du Seigneur, celui-ci répondrait à ses prières… et il le faisait.

 

J’essaie de garder mon cœur dans une condition telle qu’il n’ait pas de volonté propre. Sur dix problèmes, neuf sont déjà résolus lorsque notre cœur est prêt à faire la volonté du Seigneur

 

La méthode Müller

Cet homme de foi, dont l’amour des enfants et des âmes a su exposer au monde une foi extraordinaire, avait une approche très simple de la prière selon son propre témoignage :

«  J’essaie de garder mon cœur dans une condition telle qu’il n’ait pas de volonté propre. Sur dix problèmes, neuf sont déjà résolus lorsque notre cœur est prêt à faire la volonté du Seigneur. Lorsque nous arrivons à ce point, nous sommes très près de savoir quelle est sa volonté.

Lorsque mon cœur est prêt à faire la volonté du Seigneur, je ne remets pas l’issue au sentiment seul ni à la simple impression. Je cherche la volonté de l’Esprit de Dieu au moyen de sa Parole ou en accord avec sa Parole

Ensuite, j’étudie les circonstances providentielles. Celles-ci, avec la Parole de Dieu et son Esprit, indiquent clairement la volonté du Seigneur. Je demande à Dieu par la prière de me révéler sa volonté.

Ainsi, après avoir prié Dieu, étudié la Parole et réfléchi à son contenu, je parviens à la meilleure solution possible. Si je suis toujours en paix, après deux ou trois demandes de plus, je continue dans cette direction. Pour les petites choses comme pour les grandes, j’ai toujours trouvé cette méthode très efficace ».

Georges Müller retrouva son Seigneur en 1898. Il était âgé de 93 ans. Durant la Seconde Guerre mondiale, les journaux de Bristol publièrent l’article suivant : « L’orphelinat de George Müller, à Bristol, demeure l’une des merveilles du monde. Depuis sa fondation en 1836, le chiffre des contributions que Dieu lui a accordées uniquement en réponse aux prières atteint plus de 18 millions d’Euros et le nombre des orphelins recueillis s’élève à près de 20’000. Bien que les vitres de près de quatre cents fenêtres aient été récemment brisées par les bombes, aucun enfant, aucun membre du personnel n’a été blessé ».

La fondation Müller se retrouve ici  : http://www.mullers.org/

About the Author :

Pasteur Blogueur, c'est Michel Vincent, pasteur à Mascouche, près de Montréal, "Des questions et une réponse. Je suis convaincu que la vérité est une personne!"

Related News

Comments are closed.