Ma St-Valentin
14 février 2016  //  By:   //  Pensée de la semaine  //  No Comment   //   587 Views

Je n’ai jamais cru au hasard… le seul qui vaille est celui avec un grand « D » comme pour DIEU.    Je crois que nous devenons ce que nous construisons, soit en aval, soit en amont du bien ou du mal.  Peu importe d’où nous partons, nous pouvons faire avec les petits pains et poissons dont Dieu nous pourvoie, soit un amoncellement égoïste qui finira par pourrir notre vie, soit une distribution généreuse qui débordera largement le contexte même de l’histoire.  Je n’ai jamais cru au coup de foudre, ni à l’âme sœur, et encore moins à la compatibilité des caractères.  La vie est une succession de choix que nous faisons et, comme le disait mon pasteur ce matin, la véritable liberté est celle de faire les bons choix dans les alternatives qui se présentent à nous.

J’ai rencontré une fille, il y a maintenant vingt-cinq ans et des poussières.  Une fille qui m’a plu en raison de bien des raisons : son apparence, son caractère, ses qualités et ses couleurs.   J’ai décidé, ce jour de janvier d’arrêter de chercher.  J’ai décidé de l’aimer de tout mon cœur, d’en prendre soin, de tout faire ce qui serait en mon pouvoir afin de la rendre heureuse.  J’ai décidé d’unir ma vie à elle et qu’ensemble nous allions explorer le reste de notre vie.  C’est Julie.

J’ai décidé de l’aimer, j’ai également décidé de me livrer exclusivement à elle et peu importe les tempêtes qui se présenterais à nous, je resterai à bord.  J’ai décidé de me contraindre et me restreindre à une seule et unique personne jusqu’à ce que la mort nous sépare.  La vie nous a apporté notre lot de houle, de tempêtes, certaines semblaient plus intenses dans les autres embarcations…  Difficile de comparer.  Sauter par-dessus bord serait de toute façon un suicide, non seulement moral, mais personnel.  La seule façon de réussir est d’affronter la tempête ensemble.  D’ailleurs, ne dit-on pas que les meilleurs matelots sont formés dans les pires tempêtes ?  Et il y a notre étoile qui nous dirige, Dieu qui est au cœur de notre vie nous amène toujours à bon port.  Nous avons une destination céleste qui rend tout port d’attache bien pâle et terne.

Ma St-Valentin à moi dure 365 jours et est nourrie de petites attentions au quotidien.  Des petits riens qui semblent anodins, mais qui, je le sais, font une différence dans sa vie.  Des petits mots, des petites intentions.  Des petits gestes qui dans le poids d’une balance ne semblent pas bien lourds, mais accumulés au bout de vingt-cinq ans font tout le poids de l’amour qui nous unit.  Des petits sacrifices insignifiants qui expriment pourtant ces mots : « je t’aime ».  Des pardons et des décisions, une intention ferme de mettre ma créativité à son service pour que le bonheur la réchauffe comme le soleil en pleine mer.  Un amalgame de prière, de geste, de merci et de don qui font un tout qui s’appelle notre couple. C’est ce qui solidifie au quotidien les cordages de nos voiles et nous permet de prendre le large sans inquiétude.

Nous avons des matelots, qui sont témoins de notre équipe.  Le fruit de notre amour est en fait doublé et en âge de choisir leur propre équipage.  Nous prions qu’ils tireront le meilleur de ce qu’ils auront vu, à leurs façons.

Et si la tempête faisait rage, comme jamais nous ne l’avons connue ? Je sais que nous ne perdrons jamais de vue Celui qui nous a unis, le Seigneur des petits gestes, celui qui nous ouvre la voie du véritable amour, l’exemple même du « je t’aime », Jésus qui nous indique le nord, notre boussole et notre assurance.

Je t’aime mon amour, j’arrive avec les sushis!

About the Author :

Pasteur Blogueur, c'est Michel Vincent, pasteur à Mascouche, près de Montréal, "Des questions et une réponse. Je suis convaincu que la vérité est une personne!"

Related News

Comments are closed.