La réforme intérieure
2 novembre 2017  //  By:   //  Actualité, Pensée de la semaine  //  No Comment   //   236 Views

Cette semaine nous, célébrions le 500e anniversaire de la réforme, ou plutôt, du moment ou Martin Luther placarda ses 95 thèses, sur la porte de l’église du château de Wittenberg.   Il dénonçait particulièrement le mercantilisme du ciel au travers les indulgences. L’instigateur le fit au terme d’une profonde recherche d’espérance : comment être certain de mon salut?

La réforme est depuis devenue une bannière dans notre vocabulaire, réforme de la santé, réforme scolaire, réforme chez les forces de l’ordre, réforme de l’état… tout y passe et a besoin de réforme! Signe que quelque chose ne va pas et a besoin d’être revisité pour en changer son fonctionnement.

Une réforme individuelle

En fait, nous avons tous besoin d’être réformés.  Il est facile de regarder à l’extérieur et y voir tout ce qui ne fonctionne pas comme il devrait.  Se regarder en face est autre chose.  Y voir ce qui ne va pas et amorcer un plan de changement est courageux, et même parfois téméraire.  Il faut beaucoup d’humilité et de volonté.

La réforme protestante a débuté par la réforme d’un seul homme qui s’est allumé dans son intérieur : j’ai besoin de réformer ma certitude!  Je ne peux pas être sauvé par les œuvres des indulgences, car lorsque je lis la Parole de Dieu j’y vois une voie diamétralement opposée.

« Parce qu’en lui est révélée la justice de Dieu par la foi et pour la foi, selon qu’il est écrit : Le juste vivra par la foi ». – Romains 1:17

Tout a commencé par un individu qui a été touché individuellement.  La véritable réforme commence au cœur, dans l’intimité, avec moi seul en face d’un problème et d’un désir.  Le problème de l’homme pécheur et le désir d’un Dieu sauveur.  Si la réforme protestante ne nous touche pas violemment de l’intérieur premièrement, elle est inutile.  Elle devient une simple rénovation et perd sa puissance de réformation.   Elle n’est qu’une couche de peinture appliquée sur un mur contaminé par la moisissure.

 

  Si la réforme protestante ne nous touche pas violemment de l’intérieur premièrement, elle est inutile.

 

Une réforme spirituelle

Il y a 500 ans, la réforme a touché les royaumes, les structures et la politique de l’époque.  L’Europe s’est scindée en deux, protestants d’un côté et catholiques de l’autre.  Facile de forger des formes à la réforme.  On structure, dicte et politique.  Tout comme dans notre vie.  La réforme peut être personnelle, mais pour y voir toute la puissance restauratrice elle doit tout d’abord être spirituelle.

On ne réforme pas une religion ou une façon de faire.  La réforme n’est pas une reconstruction des institutions, mais un changement en profondeur du cœur.  Non pas dans ses habitudes séculières, mais dans son approche de Dieu.  Sa vision spirituelle va au-delà même du dépoussiérage ou de la simple modernisation.  C’est une nouvelle naissance spirituelle qui fait de la réforme protestante une révolution profonde.

Ce n’est pas qu’une redécouverte, puisque ce que l’on y trouve est totalement nouveau, entièrement réformé et inexploré… Exprimé par les cinq Solas : seule la Parole de Dieu, seule la foi en Dieu, seule la grâce de Dieu, seule la gloire de Dieu et seulement Jésus.  La réforme nous amène au plus profond de notre cœur pour y découvrir la noirceur totale et le besoin total de salut.  Ce constat terrorisait Luther.  La frayeur de se savoir perdu, sans Dieu ni sauveur a excité sa faim de Dieu et c’est au travers la Parole de Dieu qu’il a découvert la grâce de Dieu par la foi en Jésus pour Sa gloire.

Une réforme perpétuelle

Parce que la cause de la réforme est toujours vivante, elle ne se conclut pas avec l’affichage des thèses.  500 ans d’histoire de réforme ne se résument pas à une discussion sur les indulgences.  Ce qui fait la force de la réforme est sa perpétualité.  La réforme a un début, non pas celui de 1517, mais celui de ma rencontre avec Jésus, actuel, présent dans ma vie.  Le jour où il placarde sur mon cœur la vérité de son sacrifice au travers sa parole! La réforme n’a pas de fin ni d’aboutissement, sinon Dieu lui-même.

La réforme est un élan perpétuel de mon cœur.  Un ajustement constant qui pointe vers une direction et non une carte qui me fixe un chemin tout tracé.  Elle est une boussole qui dirige vers le haut.  Parce que mon cœur est continuellement en guerre contre Dieu, je dois le réformer quotidiennement, constamment car je désire naviguer vers Lui.

La réforme se manifeste une fois dans une vie puis s’entretient au quotidien, sans relâche.  C’est l’affaire des cœurs avant les institutions.

500 ans de réforme intérieure

Ce qui éblouit le monde avec la réforme protestante n’est pas tant la discussion à propos des indulgences que le parcours de transformations qu’il a inauguré.  Des millions de personnes ont réformé leurs cœurs au travers la Parole de Dieu et le Salut en Jésus Seul.  C’est 500 ans de réformes intérieures qui marquent l’histoire ce 31 octobre.  Un retour à la véritable bonne nouvelle, le véritable évangile.

About the Author :

Pasteur Blogueur, c'est Michel Vincent, pasteur à Mascouche, près de Montréal, "Des questions et une réponse. Je suis convaincu que la vérité est une personne!"

Related News

Comments are closed.