La hauteur des défis

Matthieu 17:20 C’est à cause de votre incrédulité, leur dit Jésus. Je vous le dis en vérité, si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à cette montagne : transporte-toi d’ici là, et elle se transporterait ; rien ne vous serait impossible.

Ça fait rêver, non?  Rien ne nous serait impossible; rien de rien!

Rêvons l’impossible… Quelles sont les montagnes qui se dressent au travers notre chemin?  La maladie, la perte d’un être cher, un congédiement? Rêvons donc que notre église devienne la plus nombreuse de la région.  Ou encore, la paix dans le monde.  Pourquoi pas?  Mieux!  Le salut de tous les êtres humains.  Je le désire fort, je le veux ardemment, alors ça devrait arriver!

Les fervents du nouvel évangile tentent de nous convaincre que la clé pour relever tous les défis qui se présente devant nous est simplement d’y croire.  Le vouloir assez fort pour le voir, le visualiser et agir comme si c’était déjà exhaussé.

Seulement voilà.   Il y a une pierre entre moi et cette montagne. Une condition. Une simple restriction qui met une clé à cette promesse.  Un codage puissant qui en restreint tout usage : La foi.

Il ne s’agit pas seulement de croire que la montagne puisse être transportée.   Même en y pensant intensément ou en y concentrant tous nos désirs, rien ne bougera.   Aussi bien apporter une pelle tout de suite et la transporter bouchée par bouchée.

Il ne s’agit pas non plus de croire que Dieu peut la transporter pour qu’il la catapulte directement dans le Pacifique.  Aussi bien prendre Dieu pour notre valet!

La foi n’est pas comme la potion magique des Gaulois ou il suffit d’en prendre une petite dose pour jeter la montagne à bout de bras.  La foi n’est pas un ajout que l’on se saupoudre dans l’être, car, en fait, croire, c’est être.

La foi véritable ne fait pas seulement influencer notre raisonnement; elle en devient l’essence.

La foi dont Jésus parle ici, celle qui peut transporter les montagnes, en est une intégrale. Une confiance intense qui ne s’exprime que par l’amour.  Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, signifie inévitablement la foi.   L’abandon global du moi pour me laisser emplir par Lui, de tout mon cœur, de toute mon âme, de toute ma force, et de toute ma pensée.  Cette foi n’est pas une foi rationnelle, mais relationnelle.  Ce n’est pas une simple confiance dans les capacités de Dieu, comme lorsque l’on croit que l’ascenseur me portera jusqu’au sommet.  Il s’agit d’une foi de symbiose à l’image de Jésus et du Père, ou tout ce qu’il désire, c’est ce que Dieu désire, tout ce qu’il fait, c’est Dieu qui le fait, et tout ce qu’il pense, c’est Dieu qui le pense.

Pause.

Si je suis honnête avec moi-même, et avec Dieu, le constat ici est simple : cette foi nécessaire à la téléportation des rocheuses, est grosse comme un atome dans ma vie personnelle.  Bien loin du grain de sénevé!

Et c’est exactement ce que Jésus tente de nous dire ici.  Avant de transporter des montagnes, je dois savoir en qui je crois, et comment je crois.  Je peux bien croire en, mais l’objet de ma foi et la façon dont elle s’exprime est bien plus important que le simple fait de croire.

Pourquoi les montagnes semblent si difficiles à transporter?  Pourquoi les défis de ma vie semblent souvent si élevés?  Parce que je les mesure à mon cœur, mon âme, ma force et ma pensée.  La conséquence devant mon impuissance est inévitablement l’anxiété et les inquiétudes, le constat d’incapacité qui m’écrase, l’incompétence, voire même l’imposture.

J’oublie que la foi en Dieu est relationnelle.

Peut-être que je dois la contourner, passer par-dessus, la pelleter lentement. Ce que nous appelons des montagnes, des obstacles ou des épreuves, dans l’œil de Dieu ne sont que des moments favorables pour moi afin de m’appuyer sur Lui, me rapprocher de Lui et apprendre à l’aimer encore plus.

Plus j’entretiens ma relation avec Dieu, plus ma foi grandit, moins les montagnes prennent de l’ampleur, car j’ai alors l’assurance qu’Il est avec moi…

Pourquoi alors la jeter à la mer?  On réalise que la marche en montagne, c’est fantastique avec Dieu à nos côtés!

Top 10 sur l’islam

L’Islam est la religion qui connaît en ce moment la croissance la plus rapide, particulièrement dans les pays occidentaux.  De plus en plus, les chrétiens ont besoin de connaître et savoir ce qui caractérise l’Islam.  Voici donc 10 points que tout chrétien doit savoir concernant cette religion.

1. “Musulman” et “Arabes” ne sont pas la même chose.

« Musulman » est un terme religieux. Un musulman est quelqu’un qui adhère à la religion de l’Islam, contrairement au terme « Arabe » qui est un terme ethnolinguistique qui distingue une personne qui parle arabe ou est d’origine ethnique arabe (Nord de l’Afrique et péninsule Arabique).  Bien que l’Islam tire son origine dans les pays arabes, et que le Coran a été écrit dans la langue arabe, des gens de toutes nationalités peuvent devenir musulmans.  De même, de nombreux chrétiens sont Arabes, que ce soit en Syrie, en Égypte ou ailleurs dans cette région du monde.  L’islam dépasse les limites des frontières, tout comme le christianisme.  En fait, une majorité de musulmans actuels ne sont pas Arabes, tels les Turques, les Kurdes, les Iraniens, les Pakistanais, les sud asiatiques, les Malais et les Indonésiens dont la plupart sont musulmans et presque aucuns sont Arabes.

2. L’appellation « Islam » signifie: Soumission.

Un musulman est quelqu’un qui se soumet à Dieu.  La conception islamique par laquelle Dieu doit être adoré, connu, représenté et servi est basée sur l’enseignement de Mohamed.  Le Credo islamique est : « Allah est le seul Dieu et Mohamed est son prophète ».

3. Il y a deux principales dénominations musulmanes.

Les deux principales dénominations musulmanes sont les Shiite et les Sunnites, ensemble ils englobent environ 85% de tous les musulmans.  La distinction s’est opérée dès la première génération suite au décès du prophète Mahomet, à propos d’une dispute sur la succession du leader sur la communauté islamique.

4. La foi islamique peut se résumer en la croyance en un Dieu, son prophète, son livre, ses anges, ses décrets et le jugement dernier.

L’Islam enseigne que les êtres humains sont tous nés spirituellement neutres, parfaits et capables d’obéir à toutes les exigences de Dieu.  Ils demeurent ainsi même après avoir péché contre ce même Dieu.  Pour l’Islam, le besoin de l’humanité n’est pas le salut, mais l’instruction; c’est pourquoi les musulmans ont un prophète et aucun sauveur.

5. L’Islam enseigne que Jésus est un grand prophète.

L’Islam affirme que Jésus est né d’une vierge, qu’il a vécu une vie sans péché, qu’il a fait des miracles et qu’il reviendra à la fin du monde.  On l’appelle même « Une parole de Dieu ».  Cependant, l’Islam nie explicitement la divinité du Christ et qualifie de blasphématoire le fait qu’il soit « Fils de Dieu ».  Pour la majorité, Jésus n’est pas mort sur la croix; on croit plutôt qu’une substitution a été faite et que quelqu’un ayant l’apparence de Jésus fut crucifié.  Selon l’Islam, Jésus a été enlevé au ciel durant son vivant sans goûter à la mort.  L’Islam nie toute rédemption ou substitution de la part du Christ.

6. La pratique islamique peut se résumer par les cinq piliers.

Il y a la confession de foi (« Il n’y a qu’un seul Dieu et Mohammed est son prophète).  La prière, récitée en arabe cinq fois par jour en faisant face à La Mecque, un rituel composé de flexions, agenouillement, et prosternations).  L’aumône pour aider les pauvres (définie comme une taxe dans certains pays musulmans); le jeûne (durant le mois lunaire, du ramadan, pendant lequel les croyant musulmans jeûnent les heures du jour); et le pèlerinage à la Mecque, que tout musulman doit faire une fois dans sa vie.

7. La grande majorité des musulmans ne sont pas des terroristes.

En fait, la religion islamique « régulière » interdit le meurtre de non-combattant dans une guerre, il interdit également le suicide.  Il s’agit d’une petite minorité extrémiste qui permet ces activités terroristes.

8. Les musulmans peuvent être les gens les plus hospitaliers et amicaux de la planète.

En général, ils font de très bons voisins et de grands amis.  Aucun chrétien de devrait avoir peur de construire une relation d’amitié avec un musulman.

9. Les musulmans ont besoin du salut en Jésus-Christ.

Ils sont perdus et morts spirituellement, tout comme le monde entier.  NI plus, ni moins! Chaque musulman a besoin de venir trouver le Salut de son âme par la foi en Jésus-Christ. Cela prend du temps, de la patience et une ouverture envers la parole de Dieu.  Mais plus de musulmans viennent à Jésus aujourd’hui qu’à toute époque de l’histoire.

10. Dieu aime les musulmans, et nous devons les aimer- même ceux qui sont nos ennemies.

Nous devons les aimer suffisamment pour nous lier d’amitié avec eux; suffisamment pour les inviter dans nos maisons, et suffisamment pour leur partager la Bonne Nouvelle de l’Évangile de Jésus-Christ.

Cet Article est une traduction apparue originalement dans l’édition été 2013 du « Southern Seminary Magazine ».

Certainement sauvé!

Rien de plus triste qu’un chrétien qui a des doutes sur son salut.  Ce la provoque inquiétude, angoisse, légalisme et foule de divergence de perception face a Dieu, ses intentions et sa grâce.

Pourtant, la bible dit :

« Je vous ai écrit ces choses, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu. » 1 Jean 5:13

Comment être certain de notre salut… y a-t-il un test pour que je sache si j’ai vraiment cru, si le St-Esprit m’habite vraiment, si je suis scellé par Dieu et certains sans aucun doute que j’ai la vie éternelle?

Il s’agit simplement de s’examiner soi-même au travers la première épitre de Jean.  Cette lettre est en fait un grand test personnel afin de savoir si nous sommes de la lumière, approuvée de Dieu, si l’Esprit du Seigneur nous habite réellement.

Voyons donc les cinq tests que nous propose Jean au travers sa lettre.

 

Test 1- La croyance

« je vous ai écrit ces choses, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du fils de Dieu. » 1 Jean 5:13

La base du salut est la foi seule.  Le salut par la grâce de Dieu.  C’est-à-dire, de reconnaître notre séparation de Dieu à cause de notre état, et rien ne pourras résoudre la situation.  Selon ce que la Bible dit, tous sont séparés de Dieu…

« Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ;  et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. » Romain 3.23,24 

En d’autres termes, Jésus est le seul accrédité par Dieu pour payer le prix de notre condamnation.  Reconnaître que SEUL Jésus peut nous sauver et nous réconcilier avec Dieu; par son sacrifice, il a payé le prix de la condamnation de nos péchés.

Jusqu’ici tout va bien… Même les démons savent ceci!

« Tu crois qu’il y a un seul Dieu, tu fais bien ; les démons le croient aussi, et ils tremblent. » Jacques 2:19

Tout élan de confiance, de foi, doit obligatoirement provoquer un changement, une action qui démontre la foi.  La Bible appelle cela la repentance.  L’élan que nous faisons vers Dieu, ce désir de désormais vivre selon Lui. La décision de changer, la métanoïa. Cet élan du cœur qui provoque une transformation intérieure.  Une nouvelle naissance, et l’Esprit de Dieu nous scellent pour l’Éternité…

 

Test 2-l’obéissance

Lorsque le St-Esprit habite une personne, il se passe une transformation extrême.  Une reconnaissance de mon égarement face à la volonté divine, et un désir de rétablir la situation.

« Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. » 2 Corinthiens 5:17

L’Esprit lui-même vient habiter dans le croyant! Quels sont les indices que l’Esprit de Dieu habite en toi?  Eh bien, comme la rébellion est la caractéristique de la chair, il est normal que l’obéissance soit ce qui définit le chrétien.

J’obéis è la Parole de Dieu        

« Si nous gardons ses commandements, nous savons par cela que nous l’avons connu. » 1 Jean 2:3

On peut, au début avoir des doutes, mais au bout, on se soumet a ce que la bible enseigne.  C’est la parole de Dieu, la puissance de Dieu, la lumière sur notre sentier. Il arrive que l’on ne comprenne pas tout de la parole de Dieu, mais parce que la bible le dit, on décide de faire confiance à Dieu.

 J’obéis à l’église

« nous, nous sommes de Dieu; celui qui connaît Dieu nous écoute; celui qui n’est pas de dieu ne nous écoute pas: c’est par là que nous connaissons l’esprit de la vérité et l’esprit de l’erreur. » 1 Jean 4:6

Une autre évidence que l’Esprit nous habite est cette capacité de ne pas croire que nous sommes seuls à avoir la vérité. Notre vérité n’est pas puisée de notre propre fond, mais de la parole de Jésus; la vérité incarnée.  La parole elle-même définit l’Église comme l’appui et la colonne de la vérité (1 Timothée 3.15).  Nous sommes une équipe, un corps, nous exhortant, nous enseignant, nous édifiant mutuellement afin de glorifier Dieu en ce monde.  Si un frère, une sœur, ou même ultimement l’église vienne m’encourager à reprendre le chemin de l’obéissance en la parole de Dieu je dois prendre considération, vérifier la Parole, la véracité et la justesse de l’encouragement.

Changer d’église à chaque crise, contester, médire et calomnier ne sont pas des solutions dignes de l’Évangile que j’ai reçu.

 J’obéis à Dieu        

« si vous savez qu’il est juste, reconnaissez que quiconque pratique la justice est né de lui. » 1 Jean 2:29

Celui qui a L’Esprit du Seigneur dans son cœur ne se contente pas d’approuver ceux qui parlent, il met en action les recommandations autant de la bible que de l’église.  Il est soumis à la parole, à l’église et… à Dieu d’une façon active, en action et en vérité.

 

Test 3-l’attirance

Un des résultats de la présence de l’Esprit saint dans notre cœur est l’amour… c’est d’ailleurs à l’amour que les chrétiens se font reconnaître comme tel.

« Or, l’espérance ne trompe point, parce que l’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné. » Romains 5:5

J’aime les frères       

« celui qui prétend être dans la lumière, et qui hait son frère, est encore dans les ténèbres. » 1 Jean 2:9

On peut être en désaccord, même en conflit, mais on finit toujours par pardonner, passer par-dessus, aimer comme Christ nous a aimés. Nos relations sont ce qu’il y a de plus précieux.  En fait, cet amour actif qui désir sincèrement le bien de l’autre viens de notre conscience renouvelée et nous pousse à aimer!

 J’aime l’église        

« Ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n’étaient pas des nôtres; car s’ils avaient été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous, mais cela est arrivé afin qu’il soit manifeste que tous ne sont pas des nôtres. » 1 Jean 2:19

L’église, c’est plus que le groupe de gens, mais, comme corps de Christ, fiancé de Dieu, épouse, colonne et appui de la vérité… L’Esprit Saint nous pousse è l’intérieur, à y rester, ne pas l’abandonner, ne pas la mépriser, ni la négliger.  J’y consacre mon temps, mon argent ou mes talents.  Je sais intérieurement que c’est LÀ que Dieu veut et va m’épanouir et m’amener à sa pleine stature!  La dernière chose que me passe par le cœur, c’est de ne pas butiner d’une église à l’autre, ou encore quitter l’Église au moindre inconfort ou conflit.

 J’aime Dieu        

« Celui qui garde ses commandements demeure en Dieu, et Dieu en lui; et nous connaissons qu’il demeure en nous par l’esprit qu’il nous a donné. » 1 Jean 3:24

Il y a dans le cœur du véritable croyant une adoration perpétuelle.  Un cri en sourdine qui exalte le Seigneur. Un désir de le voir, le connaître de plus en plus.  Une attirance surnaturelle vers le Seigneur.  Attiré par le Père vers Jésus.  L’esprit rend témoignage et nous pousse à adorer.

Le test de l’attirance, c’est le test que l’amour de Christ est bien implanté dans mon cœur.

 

Test 4-La différence

A l’instar de Néo dans le film La Matrice, Je deviens une anomalie dans ce monde.  Je marche désormais à contre-courant du flot d’influence qui vient du Prince de ce monde.

« Bien-aimés, je vous exhorte, comme étrangers et voyageurs sur la terre, à vous abstenir des convoitises charnelles qui font la guerre à l’âme. » 1 Pierre 2:11

Je peux vivre la différence encore par 3 indices.

Je suis sensible au péché        

« si nous disons que nous n’avons pas péché, nous le faisons menteur, et sa parole n’est point en nous. »  1 Jean 1:10

Ma conscience régénérée me parle maintenant sur des sujets qui avant me laissaient indifférent.

Les choses que je dis, les blagues que je fais, la musique que j’écoute, les endroits que je fréquente, les émissions que je regarde, mes dépenses, tout mon amour pour Dieu et mon désir de le glorifier bouleverse mes choix de vie!

Quand je pèche, je le sais!  Je désire revenir à Dieu car je sais que mon sauveur n’est pas honoré et je suis triste!  Une tristesse selon Dieu! 2 Cor 7.10

 Je tranche d’avec le monde        

« N’aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde. si quelqu’un aime le monde,  l’amour du père n’est point en lui; » 1 Jean 2:15

On voit de l’extérieur la différence intérieure, c’est inévitable.  Mes choix de vie vont tôt ou tard se butter à ceux du monde qui m’entoure.  J’aurai des choix souvent moins populaires à faire qui me mettront sur la sellette.

« Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. » Romains 12:2

moins d’amis, plus de joie et de paix; souvent avec les frères, sobre et puritain.  Quelquefois insulté et incompris.

 J’annonce Christ        

« Quiconque nie le fils n’a pas non plus le père; quiconque se déclare publiquement pour le fils a aussi le père. » 1 Jean 2:23

Je confesse Jésus dans le monde, convaincu que c’est la meilleure chose pour l’autre.  Je peux manquer de courage, mais pas de volonté, de désir.

 

Test 5 : La résilience.

Le test de la mort.  Jusqu’à ce que la mort me réunisse avec mon sauveur, je ne broncherai pas.

« Quiconque croit que Jésus est le Christ est né de Dieu, et quiconque aime celui qui l’a engendré aime aussi celui qui est né de lui. » 1 Jean 5:1

La mort et le parcours vivant du croyant sont le test ultime d’une vie habité par le St-Esprit.  Celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé, c’est l’ultime preuve d’une vie habitée par le Saint-Esprit

 

As-tu passé le test?

 

1 2 3